Page d'accueil > Conférence de Presse
Conférence de presse du 26 février 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2019/02/26

À l'invitation du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le conseiller diplomatique du Président français Philippe Étienne effectuera une visite de travail en Chine du 28 février au 2 mars.

Q : Le Ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a annoncé aujourd'hui sa décision de démissionner. Comment le Ministère chinois des Affaires étrangères y réagit-il ? La semaine dernière, Zarif venait de terminer sa visite en Chine. La partie chinoise est-elle inquiète pour l'avenir de l'accord sur le nucléaire iranien ?

R : La partie chinoise a pris note des informations concernées. M. Mohammad Javad Zarif, Ministre iranien des Affaires étrangères pendant plus de cinq ans, a apporté une contribution positive au développement des relations entre la Chine et l'Iran, ce que la partie chinoise apprécie. La Chine et l'Iran sont des partenaires stratégiques globaux, et la Chine est prête à travailler avec l'Iran pour faire progresser continuellement le partenariat stratégique global entre les deux pays.

En ce qui concerne l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) que vous avez mentionné, vous connaissez la position de la Chine sur cette question. Nous pensons toujours que le JCPOA doit être maintenu, et nous déployons le maximum d'efforts, de concert avec les parties concernées, notamment la Russie, pour maintenir la validité de l'accord. Nous pensons que cela favorise la paix et la stabilité au Moyen-Orient ainsi que le régime international de non-prolifération nucléaire, et correspond aux intérêts communs de la communauté internationale.

Q : On rapporte que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un vient d'arriver au Vietnam. Des photos montrent qu'une locomotive chinoise tire les wagons de son train spécial, et elle semble être différente de la locomotive de son train lorsqu'il a franchi la frontière à Dandong. Pouvez-vous confirmer si le gouvernement chinois a prévu la fourniture, au moins, de la partie avant du train, soit la locomotive, pour aider le train spécial du Président Kim Jong-un à se rendre au Vietnam ?

R : Je ne suis pas aussi attentif que vous à ces détails. Je me demande si un changement de locomotive peut avoir une incidence importante sur votre analyse de la situation. Ce que je peux vous dire, c'est que, après des consultations, la partie chinoise a apporté son soutien au passage en Chine du train du Président Kim Jong-un en direction du Vietnam pour assister au deuxième sommet entre la RPDC et les États-Unis.

Q : Nous avons constaté que la partie chinoise avait publié un bref bulletin d'informations après la fin des négociations commerciales sino-américaines le week-end dernier. Pourriez-vous donner plus de détails sur les résultats de ce tour de négociations ? Le Président américain Trump a déclaré que si les négociations avec la Chine se déroulaient très bien, il rencontrerait le Président Xi Jinping dans la villa de Mar-a-Lago. Quelle est la réponse de la Chine ?

R : La partie chinoise a publié des informations sur les résultats des consultations économiques et commerciales, qui sont, je crois, présentées de manière assez claire. Vous savez peut-être aussi que les consultations sont toujours en cours. Selon ma compréhension, il serait inapproprié de rendre les détails publics. À en juger par ce qui a été rendu public par les parties chinoise et américaine, lors du 7e tour de pourparlers de haut niveau, les équipes des deux parties ont remporté de nouveaux progrès sur la base de ce qui avait été réalisé précédemment, en suivant l'important consensus dégagé par les dirigeants des deux pays lors de leur rencontre en Argentine. Les deux parties ont également déclaré qu'elles continueraient de suivre le consensus et les instructions des deux dirigeants afin de parvenir rapidement à un résultat gagnant-gagnant pour les deux parties.

Le Président Trump avait déclaré que, vous l'avez observé, si les négociations avec la Chine se déroulaient très bien, il rencontrerait le Président Xi Jinping à Mar-a-Lago. Comme nous l'avions mentionné précédemment, nous avons noté que le Président Trump avait récemment déclaré à plusieurs reprises qu'il attendait avec impatience une nouvelle rencontre avec le Président Xi Jinping. Comme le Président Xi l'a dit dans son message au Président Trump, il est également disposé à maintenir des contacts étroits avec le Président Trump par différents moyens. Je crois que les équipes de travail des deux parties prépareront pleinement les affaires concernées pour la rencontre entre les deux Chefs d'État.

Q : Le PDG Nick Read de la société britannique Vodafone, le deuxième plus grand opérateur de télécommunications mobiles au monde, a déclaré lors du Congrès mondial du mobile que l'exclusion de Huawei retarderait probablement de deux ans le déploiement de la 5G en Europe. Il a ajouté que si les entreprises étaient obligées de changer leurs équipements Huawei, cela causerait des dégâts considérables sur les infrastructures nationales et entraînerait des coûts élevés pour les consommateurs. « Les gens disent des choses qui ne sont pas fondées, a déclaré Read, moi-même, je n'ai pas contacté la partie américaine, je n'ai donc pas vu les preuves dont ils disposent, mais ils ont besoin de présenter ces preuves aux institutions appropriées de toute l'Europe ». Croyez-vous que ses remarques sont bénéfiques pour Huawei ?

R : J'ai noté les reportages concernés. Comme vous pouvez le constater dans les reportages, Huawei a engagé des dialogues professionnels avec les gouvernements, les secteurs et les entreprises des pays concernés lors du Congrès mondial du mobile à Barcelone.

Je pense que ce que le PDG de Vodafone a dit est raisonnable. Les « certaines personnes » dont il a parlé n'ont fourni aucune preuve sur la base desquelles leurs allégations seraient fondées. C'est un point clé. En fait, ces mêmes personnes, pour servir leurs propres intérêts, n'ont ménagé aucun effort et ont même utilisé le pouvoir de l'État pour réprimer les entreprises d'autres pays et saboter leur coopération normale et mutuellement bénéfique. Cependant, ces gens-là doivent être conscients que les entreprises et les consommateurs d'autres pays prennent également des décisions en fonction de leurs propres intérêts. Comme l'a souligné le PDG de Vodafone, les jugements sur les politiques des pays doivent être faits en fonction de la réalité, et non de mensonges fabriqués de toutes pièces. J'ai noté dans un commentaire du Financial Times d'hier qu'un grand nombre de cyberattaques se produisent tous les jours dans le monde, mais aucune d'entre elles ne peut être étayée par des preuves solides prouvant que Huawei est derrière tout cela.

La technologie 5G est née des échanges et de la coopération entre tous les pays dans le contexte de la mondialisation et c'est le produit d'une innovation de haute technologie partagée par la communauté internationale. Nous estimons qu'il est dans l'intérêt fondamental de toutes les parties de défendre une coopération multilatérale bénéfique pour tous, de préserver un environnement de marché ouvert et inclusif et de maintenir des règles internationales équitables, impartiales et non discriminatoires. Nous pensons également que tous les pays feront le bon choix de manière indépendante, en fonction de leurs intérêts et de la tendance de la situation internationale.

Q : Selon des informations, un référendum à Cuba a ratifié, le 24 février, une nouvelle Constitution, à laquelle 87 % des électeurs ont souscrit. La Chine a-t-elle des commentaires à ce sujet ?

R : Le taux élevé d'approbation symbolise les progrès importants accomplis dans la réforme de la Constitution à Cuba. La Chine félicite Cuba pour ce résultat. La nouvelle Constitution revêt une grande importance pour Cuba, dans la mesure où elle définira le cadre juridique de son développement national. Nous respectons et soutenons le choix du peuple cubain et sommes persuadés que Cuba s'engagera dans une voie de développement de plus en plus large.

Q : Le dirigeant suprême de la RPDC Kim Jong-un est arrivé au Vietnam pour sa rencontre avec le Président américain Donald Trump. Est-ce que la Chine envisage d'inviter Kim Jong-un à venir en Chine après la fin du sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump ?

R : La Chine et la RPDC ont pour tradition de maintenir des échanges de haut niveau. Nous publierons des informations en temps opportun si nous en avons.

Q : Deux bâtiments de guerre américains ont traversé le détroit de Taiwan hier. Ces derniers mois, des navires de guerre américains ont traversé le détroit de Taiwan quatre ou cinq fois. La Chine exprime-t-elle son mécontentement à la partie américaine à ce sujet ?

R : La Chine a clairement précisé sa position et a fait part de ses préoccupations à la partie américaine. Nous nous opposons fermement à la provocation des États-Unis, qui ne favorise ni la paix ni la stabilité du détroit de Taiwan, ni le développement des relations sino-américaines.

Q : Selon des informations, l'armée de l'air indienne aurait franchi la ligne de contrôle aujourd'hui et lancé des frappes aériennes contre les forces terroristes basées au Pakistan. La partie indienne a déclaré qu'il ne s'agissait pas d'une attaque militaire, car elle ne ciblait pas des installations militaires, mais a éliminé un grand nombre de terroristes ayant attaqué l'Inde et tué des soldats indiens. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Je voudrais dire que l'Inde et le Pakistan sont deux pays importants d'Asie du Sud. Les relations harmonieuses entre eux sont d'une importance cruciale pour la paix, la stabilité et le développement de la région et correspondent fondamentalement aux intérêts de l'Inde et du Pakistan. Nous espérons que les deux parties feront preuve de retenue et prendront des mesures qui contribueront à stabiliser la situation dans la région et à améliorer les relations bilatérales, et non le contraire.

Vous avez indiqué que l'Inde avait déclaré que son opération était menée contre les forces terroristes. Je voudrais souligner que le terrorisme est un défi mondial. Cela nécessite une coopération interétatique afin de créer des conditions et un environnement favorables à une coopération internationale nécessaire.

Q : Le deuxième sommet entre la RPDC et les États-Unis aura bientôt lieu à Hanoï. Quelles sont les attentes de la Chine pour cette rencontre ? Quel rôle la Chine jouera-t-elle entre la RPDC et les États-Unis lors de la rencontre ? Quel est le commentaire de la Chine sur les efforts du Vietnam et son rôle dans l'organisation de cette rencontre ?

R : Comme vous le savez, la proposition de la Chine sur la question de la péninsule coréenne comporte principalement deux points : premièrement, parvenir à la dénucléarisation de la péninsule coréenne ; deuxièmement, réaliser et maintenir la paix et la stabilité durables dans la péninsule, et en Asie du Nord-Est.

Pour atteindre ces deux objectifs, nous estimons que la RPDC et les États-Unis, en tant que parties clés, devraient adopter des mesures efficaces sur la base du respect mutuel, prendre pleinement en compte les préoccupations légitimes respectives, répondre à leurs préoccupations respectives en agissant dans le même sens, et œuvrer ensemble pour atteindre l'objectif de la dénucléarisation et de la paix durable de la péninsule. Nous sommes très heureux de constater que la situation évolue dans le sens proposé et souhaité par la Chine. C'est le rôle que nous avons toujours joué et nous continuerons à jouer ce rôle.

La deuxième rencontre entre les dirigeants de la RPDC et des États-Unis se tiendra à Hanoï. La Chine et toutes les parties de la communauté internationale espèrent que la RPDC et les États-Unis continueront à faire davantage de pas importants, sur la base existante, vers la réalisation de la dénucléarisation, de la paix et de la stabilité de la péninsule.

Nous espérons que la rencontre qui se tiendra à Hanoï sera couronnée de succès. Les reportages nous ont permis de constater que le gouvernement et le peuple vietnamiens ont également fait beaucoup de préparatifs minutieux pour la rencontre. Nous espérons que la rencontre produira des résultats dignes de ces préparatifs.

Q : Une question sur le sommet entre la RPDC et les États-Unis. Vous venez de mentionner que la partie chinoise a pris des mesures pour garantir sa sécurité lorsque le Président Kim Jong-un est passé par la Chine.

R : Je parlais des mesures pour assurer le transport.

Q : Oui, des mesures pour assurer le transport. Je suis désolé. Au cours du trajet, à Tianjin par exemple, est-ce qu'il y a eu des contacts entre des dirigeants chinois et le dirigeant de la RPDC ? Deuxièmement, après le sommet de Hanoï, la partie chinoise prendra-t-elle des mesures pour garantir un transport en sécurité lors du passage par la Chine du dirigeant de la RPDC ?

R : Votre première question a en fait été posée plus tôt par un autre journaliste. La Chine et la RPDC ont une tradition d'échanges de haut niveau. S'il y a des informations à publier, nous le ferons dans les meilleurs délais, car je sais que vous prêtez tous un vif intérêt à cette question.

En ce qui concerne le mode de transport pour le retour du Président Kim Jong-un après le sommet, je pense que vous savez qu'il est inapproprié que la Chine publie des informations sur l'itinéraire du dirigeant d'un autre pays.

Q : Le 22 février, le Président soudanais Omar Al-Bashir aurait déclaré l'état d'urgence pendant un an dans le pays. Il a dissous le gouvernement central et les gouvernements des États, a demandé à l'Assemblée nationale de différer l'amendement constitutionnel et a appelé le parti d'opposition à mettre fin à des manifestations et à renforcer le dialogue politique avec le gouvernement. Dans le même temps, Bashir s'est engagé à entreprendre des réformes économiques. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous soutenons les efforts et les mesures du gouvernement soudanais visant à maintenir la stabilité nationale et à rétablir l'ordre social. La stabilité au Soudan fait partie des intérêts fondamentaux du peuple soudanais, et contribue également à la paix et à la tranquillité de la région. La Chine a fourni un lot d'aide alimentaire d'urgence au Soudan et continuera d'aider la population soudanaise dans la mesure de ses possibilités.

Q : Hier, le Ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi a eu une conversation téléphonique avec le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi pour l'informer de la situation récente dans la région à la suite de l'attaque perpétrée au Cachemire sous contrôle indien. Avez-vous plus d'informations à nous présenter ?

R : Comme vous l'avez dit, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a eu hier une conversation téléphonique à la demande du Ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi. Vous avez peut-être remarqué que le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a écouté attentivement les informations du Ministre des Affaires étrangères Qureshi, ainsi que les points de vue et les propositions de la partie pakistanaise. Il a réaffirmé, en termes explicites, que la Chine soutient les parties pakistanaise et indienne pour trouver rapidement une solution appropriée au problème concerné par le dialogue, afin d'éviter une escalade des tensions.

Nous espérons également que le Pakistan et l'Inde pourront travailler ensemble pour faire progresser la coopération dans la lutte antiterroriste et préserver la paix, la tranquillité et la stabilité en Asie du Sud.

Q : En ce qui concerne les sanctions sur la RPDC, la Chine a déclaré la semaine dernière que le Conseil de Sécurité devrait envisager de tenir un débat sur les clauses réversibles de ses résolutions. Cela exige au moins des concessions des États-Unis. Avez-vous des suggestions sur les concessions qui pourraient être faites de part et d'autre pour faire avancer les négociations, alors que le sommet entre la RPDC et les États-Unis se tiendra dans quelques jours ?

R : Comme je viens de le dire, il est essentiel, pour faire avancer les négociations entre la RPDC et les États-Unis, que les deux parties écoutent, envisagent et prennent en compte attentivement les préoccupations légitimes respectives, et travaillent dans le même sens. Comme l'a déclaré la partie chinoise, promouvoir la dénucléarisation de la péninsule coréenne et remplacer l'armistice par un régime de paix doivent représenter la direction générale. Nous pensons que, dans les circonstances actuelles, comme le demandent les différentes parties de la communauté internationale, ce processus sera certainement facilité si des mesures positives sont prises, telles que l'assouplissement partiel ou même la levée des sanctions contre la RPDC.

En ce qui concerne les concessions que la RPDC et les États-Unis devraient faire respectivement, comme vous venez de le dire, cela dépend de la manière dont les pourparlers se déroulent entre la RPDC et les États-Unis, et la partie chinoise ne peut pas le préjuger. Mais nous sommes d'avis que le respect mutuel et la prise en considération des préoccupations légitimes respectives par les deux parties représentent la direction générale à suivre.

Suggest To A Friend:   
Print